Répertoire Québec Nature
N'ayez pas peur! Troisième partie

Des rencontres inatendues

Même s'il faut s'attendre à voir des araignées lorsqu'on passe du temps en pleine nature, il arrive souvent que la surprise soit totale. Prenez par exemple ces minuscules araignées crabes dans des fleurs de Spiranthes. Regardez bien sur la photo de gauche. Quand on connaît ces fleurs, il est facile d'imaginer la petitesse de ces araignées.

Araignées crabes dans des fleurs de Spiranthes

Araignées crabes, famille des Thomisedae, dans des fleurs de Spiranthes.

Il arrive aussi qu'on ne voit tout simplement pas l'araignée sur le terrain et qu'on la découvre seulement lorsqu'on regarde les photos sur l'écran d'ordinateur. C'est ce qui s'est produit quand j'ai pris une série de photos d'une jeune Fougère-aigle commune (Pteridium aquilinum) pour illustrer l'espèce dans le Répertoire Québec Nature, une minuscule araignée était passée inaperçue.


La même chose s'est produite lorsque j'ai photographié le lichen Xanthomendoza fallax humide sur un tronc de tilleul par une journée de redoux de janvier 2016.



Quand on s'intéresse aux bryophytes, on rencontre aussi parfois des araignées de petites tailles, bien camouflées comme cette araignée de couleur brune parmi l'hépatique Pellia epiphylla ou au contraire bien visibles comme cette minuscule araignée rouge et noir qui se promène parmi les mousses, dont Hylocomnium splendens. Il m'est arrivé quelques fois de rencontrer cette araignée nommée Hypselistes florens, de la famille des Linyphiidae. Elle ressemble à au moins deux autres espèces d'une autre famille, mais elle s'en distingue par ses pattes entièrement rouges alors que les deux autres espèces ont du noir aux pattes.






Araignée camouflée parmi l'hépatique Pellia epiphylla.

Hypselistes florens, famille Linyphiidae

Hypselistes florens, de la famille des Linyphiidae, sur la mousse Hylocomium splendens.

Cette autre petite araignée aux pattes filiformes suspendue sur sa toile était très discrète.


Que dire de cette araignée jaune rencontrée aux îles de la Madeleine!


Il arrive même de croiser la route d'une araignée sur la neige au printemps.


Rencontres sur les rochers

D'autres rencontres sont plus fréquentes et prévisibles, mais non moins intéressantes. Lors de mes randonnées à Baie-Comeau sur la Côte-Nord du Saint-Laurent, il n'est pas rare de voir plusieurs araignées loups sur les rochers du littoral. Ces araignées de grandes tailles sont impressionnantes. De la famille des Lycosidae, elles sont rapides et furtives. Elles sortent des fissures de roches ou de la végétation et s'y cache dès qu'on s'approche trop.

Les mâles se reconnaissent facilement à leurs pédipalpes. En effet, ces appendices à l'avant de la tête qui ressemblent à de courtes pattes, se terminent par les organes reproducteurs qui forment de grosses massues.

Araignée loup, famille des Lycosidae

Araignée loup, mâle sortant sous la Camarine noire (Empetrum nigrum), famille des Lycosidae.

Araignée loup, famille des Lycosidae

Araignée loup, mâle, famille des Lycosidae.

Les femelles ne sont pas munies de massues au bout de leurs pédipalpes.

Araignée loup, famille des Lycosidae

Araignée loup, femelle, famille des Lycosidae.

Les araignées loups pourraient être confondues avec les araignées d'eau du genre Dolomedes, famille des Pisauridae. D'après la littérature, la différence serait au niveau de la grosseur des yeux.

Outre ce détail pas toujours évident à observer, notons que les araignées loups sont terrestres alors que les araignées d'eau sont... semi-aquatiques! Elles s'observent donc près de l'eau, dans la végétation aquatique, elles se cachent sous les quais, mais peuvent quand même se trouver sur la terre ferme. On sera donc prudent pour l'identification des ces deux familles d'araignées.

La Dolomedes tenebrosus est la plus grande araignée du Québec, en incluant les pattes, elle peut mesurer plus de dix centimètres. Elle se nourrit d'insectes, mais aussi de têtards et de petits poissons. Je ne dispose malheureusement pas de photo d'araignée d'eau, n'en ayant rencontré qu'une seule qui s'est rapidement réfugiée sous les planches d'un quai.

Lorsque la femelle araignée loup ponds ses oeufs, elles les met dans une poche qu'elle traîne sous l'arrière de son abdomen. Ce détail permet d'identifier à coup sûr la famille, car chez les araignées d'eau, la femelle tient la poche d'oeufs entre ses mandibules, donc sous la partie avant de son corps.

Araignée loup, famille des Lycosidae

Araignée loup, femelle portant son sac d'oeufs, famille des Lycosidae.

Araignée loup, famille des Lycosidae

Araignée loup, femelle portant son sac d'oeufs, famille des Lycosidae.

Araignée loup, famille des Lycosidae

Araignée loup, femelle portant son sac d'oeufs, famille des Lycosidae.

Araignée loup, famille des Lycosidae

Araignée loup, femelle portant son sac d'oeufs, famille des Lycosidae.

Le monde des araignées peut être fascinant pour qui prends la peine de s'y intéresser. Au-delà de la peur ou du dédain qu'elles suscitent, ces bestioles étranges ont à leur façon certains charmes. Avec ces trois chroniques, j'espère avoir réussi à démystifier au moins un petit peu ces bêtes à huit pattes et huit yeux.



   © Répertoire Québec Nature, 2013 - 2017 Hébergement  web au Québec chez Astral Internet